Revue La Perruque, spécimens typographiques

retour

La revue en ligne

http://la-perruque.org

Complices

Offset : Media Graphic & Cassochrome
Découpe laser : FabLab.iMAL

Contributeurs

N.01 : Alex Chavot
N.02 : Axel Benassis (épuisé)
N.03 : Raphaël Bastide (épuisé)
N.04 : Justin Bihan (épuisé)
N.05 : Jérémy Landes-Nones
N.06 : Large Projects (épuisé)
N.07 : Collectif We.ch
N.08 : Benoît Bodhuin
N.09 : Alice Jauneau (épuisé)
N.10 : Yoann Minet (épuisé)
N.11 : Laurent Müller
N.12 : Swiss Typefaces
N.13 : Clément Le Tuelle-Neyret

Mesures

13 numéros
Format : 1 × 90 cm
Reliure : embobiné
Parution : variable
Nombre d'exemplaires : aléatoire

5 € + livraison/shipping :


Pays/Country

En commandant La Perruque, vous recevez d'office l'ensemble des numéros déjà parus (N.01 à 13, excepté numéros épuisés)


Si vous ne désirez pas utiliser Paypal, écrives-nous un mail à l'adresse bonjour@la-perruque.org et nous vous enverrons les informations concernant la livraison et le paiement. Si vous êtes à Bruxelles, arrangeons une livraison en main propre.

La Perruque est une revue de 1 cm de haut sur 90 cm de long. Chaque numéro constitue le spécimen d’un caractère typographique et l’ensemble des numéros dessine le portrait d'une scène typographique contemporaine. Ce étrange format est le premier que Surfaces Utiles a glané dans le laissé-pour-compte de l'industrie : en marge d'impressions courantes offset.

Feuille offset : 90 × 60 cm | espace glané : 90 × 1 cm
Offset sheet : 90 × 60 cm | gleaned space : 90 × 1 cm

« [La perruque] se généralise partout [...]. Accusé de voler, de récupérer du  matériel à son profit et d’utiliser les machines pour son propre compte, le travailleur qui “ fait la perruque ” soustrait à l’usine du temps (plutôt que des biens, car il n’utilise que des restes), en vue d’un travail libre, créatif et précisément sans profit. Sur les lieux mêmes où règne la machine qu’il doit servir, il ruse pour le plaisir d’inventer des produits gratuits destinés seulement à signifier un savoir-faire propre et à répondre par une dépense à des solidarités ouvrières ou familiales. Avec la complicité d’autres travailleurs (qui font ainsi échec à la concurrence fomentée entre eux par l’usine), il réalise des “ coups ” dans le champ de l’ordre établi. » Michel de Certeau, L’invention du quotidien, t.1 : Arts de faire, Poche, 1990, p. 45.

Photos : CC BY-ND 2.0, Laura François

Abonnements & documentation élargie sur : la-perruque.org

Embobiné et déroulé Reelied and uncoiled

La Perruque is a magazine which is 1 centimeter high and 90 centimeters long. Each issue is a specimen dedicated to a typeface and all of them together draw the portrait of a typographic contemporary scene. This strange format is the first forgotten space that have been gleaned by Surfaces Utiles from the industry, in the margins of daily offset printed matters.

“A ‘homer’ [or ‘pilfering‘ in the UK, ’perruque’ in french] is an artifact that a worker produces using company tools and materials outside normal production plans but at the workplace and during workhours. Despite legal, artistic and ethnographic evidence of their existence, silence surrounds homers. […] this silence is not linked just to the marginal and illegal quality of these artifacts. Homers shed light on a high degree of ‘complicity’ between employees regardless of their position in the hierarchy.” Michel Anteby, “Factory ‘homers‘: Understanding a highly elusive, marginal, and illegal practice“, in Sociologie du travail, 45, 2003, p. 453.

Subscriptions & documentation : la-perruque.org